L'homme dit à l'enfant :

« Veux-tu voir des paysages de rêve, te remplir les yeux de couchants de feu, de ciels de contes de fée ?

« Veux-tu toucher des fleurs de velours et de satin, humer les parfums les plus subtils ?

« Veux-tu marcher sur des tapis de verdure moussue, respirer l'air frais des grands espaces ? »

Veux-tu ?

L'enfant répondit à l'homme :

« Oui, je le veux... je le veux de tout mon être ! »

L'homme lui dit encore :

« Tu veux vraiment découvrir les beautés de la nuit et du jour, connaître les couleurs du couchant et du levant ?

Tu veux vraiment savourer la douceur de fruits inconnus, fouler des sentiers encore vierges ?

Tu veux vraiment expérimenter la beauté, la vérité, prendre la vie à pleines mains ? »

L'enfant répondit à nouveau :

« Oui, je le veux... je veux rire, chanter, danser, je veux aimer d'amour et d'amitié ! »

Alors, l'homme lui dit :

Très bien !

Mais, auparavant, tu devras traverser des déserts sans puits, marcher sur des marécages sans fonds; tu devras affronter la guerre, la colère, la haine, te confronter à la solitude, à l'incompréhension, à l'envie; tu devras surtout te mesurer à toi-même, à tes doutes autant qu'à tes rêves, comme à tes pires ennemis !

Veux-tu toujours ?

L'enfant lui répondit :

« Si tu es à mes côtés, si tu me tiens la main, je n'aurai pas peur. Je suis prêt à passer par le froid et le feu, à franchir la souffrance et la mort, pourvu qu'au bout du chemin je trouve la paix, la joie, le bonheur, je puisse vivre en beauté... toujours ! Oui, je veux aller avec toi. »

L'homme lui dit enfin :

« Alors, viens ! prends ma main, ne crains pas ! Je serai avec toi, je ne te laisserai pas seul ! »

Viens...

Et ils partirent tous les deux, main dans la main, vers le pays de la liberté, de l'amour et de la vie.

Jules BEAULAC,
Tiré de : Je marcherai avec toi, Levain 1990

Tous droits réservés
 





       Retour " Chapelle du Jardin " | " La rocaille fleurie "

 

       





Copyright (Au Jardin de l'amitié) © 2016 Tous droits réservés