Depuis quelques jours, les souris dansent, bien au chaud dans nos maisons, car les chats sont en grève. Les chats, en particulier ceux de couleur noire, refusent d'être associés au malheur.

Pourtant, cette croyance est vieille de plus de 2000 ans. Il est assez difficile de se débarrasser d'un tel héritage, n'est-ce pas ?

Au Moyen Âge (l'époque des chevaliers et des châteaux), on attribuait aux démons le pouvoir de se déguiser en chat. On pensait aussi que les chats étaient les compagnons inséparables des sorcières pour jouer des tours. De plus, on croyait que les sorcières avaient le pouvoir de se déguiser en chat comme les démons.

Ainsi, un dilemme se posait lorsqu'on rencontrait un chat noir sur sa route : était-ce un animal diabolique ou une sorcière déguisée ?

En fait, peu importait la réponse puisque, de toute façon, cette rencontre n'annonçait rien de bon… C'est alors qu'on se mit à sacrifier des chats, pour diverses raisons. On les craignait.

En 1602, un remède donnait le conseil suivant :

"Pour guérir un mal transmis à un enfant par une sorcière (…), faire rôtir le cœur d'un chat noir et l'administrer à la victime sept soirs de suite au moment du coucher."

Quelle horreur !

Une autre recette avec un chat noir, dont nous épargnerons les détails, était supposée guérir la cécité…

Plus tard, le chat est devenu un symbole de chance lorsqu'on s'est aperçu de son efficacité à chasser les petits rongeurs indésirables. Puis, le chat s'est transformé en un agréable animal de compagnie pour l'humain.

Malgré tout, les chats noirs sont impopulaires les vendredis 13 et le jour de l'Halloween…

Est-ce que cette manifestation y changera quelque chose ? C'est une histoire à suivre…

 

 

 

 

 

 

 

Retour au Menu " Spécial Halloween "

 

 

 

Création Cham

Copyright (Au Jardin de l'amitié) © 2007 Tous droits réservés