Pour les Belges, vous connaissez pour la plupart j'imagine, ces mythes et coutumes de chaque village, mais pour moi qui suis Québécoise, c'était tout nouveau de les découvrir quand je demeurais en Belgique et j'adorais quand Dany me racontait ces choses.

     Voici une histoire de sorcellerie, car les sorcières ont existées en Belgique. Et comme le précise le texte plus bas, eh bien... je demeurais à moins de 10 minutes de Haccourt, nous allions faire nos courses à Haccourt.

     La macrale est un mot d'origine wallonne passé dans le français de Belgique et désignant une espèce de sorcière.

     Elle est responsable des bien des maux, tels que la venue de l'hiver. C'est d'ailleurs pour cette raison que l'on brûle son effigie lors des grands feux célébrés çà et là à la fin de l'hiver.

     Cette pratique n'est pas sans rappeler le bûcher qu'ont dû subir les hérétiques aussi appelés sorciers et sorcières durant les siècles passés.

     Partie intégrante du folklore wallon, il n'est pas rare de voir défiler des confréries de macrales lors, par exemple, des fêtes du 15 août en Outremeuse (Liège), la Tchesse aux Macrales (chasse aux sorcières) d'Ermeton-sur-Biert ou à Marche-en-Famenne.

     Les macrâles sont au centre du folklore de Haccourt et Vielsalm. Le village de Haccourt est reconnu comme "payis des macrales". Au XVIe siècle, des sorcières de la région furent condamnées et brûlées vives sur les Hautes terres de Froidmont entre Haccourt et Houtain.

     Pendant des siècles, l’instinct de conservation fut inhibé par la terreur ou canalisé par les croyances qui ne seront que tardivement désavouées et, pour apaiser la colère du peuple, il fallait trouver des responsables, des coupables, afin d’orienter la colère divine sur des individus marginaux, rejetés par les autres à cause de leur différence. Ce fut la porte ouverte à toutes les injustices, vengeances et cruautés possibles.

     La répression des MACRALES débuta en fait avec la chasse aux hérétiques au XIIIe siècle et un amalgame se fit entre hérésie et sorcellerie. Le dernier procès de sorcellerie à Haccourt eut lieu en 1731. Basé sur des faits réels, des traditions séculaires, et des croyances surnaturelles, "LES MACRALES DI HACOU" groupe folklorique, fut créé en 1972. La tradition étant toujours bien vivante en Basse-Meuse Liégeoise, le surnaturel et le pouvoir maléfique restent présents dans ce lieu de légendes.

   Il y a des Macrâles dans d'autres régions aussi... D'autres sont très connues parce que leur sabbat correspond à la Fête des myrtilles et à la fête nationale du 21 juillet; ce sont les Macrâles de Vielsalm qui ont fêté leurs 50 ans d'activité.


 

 

 

Les macrâles (sorcières) n'ont pas la réputation d'être séduisantes.

Je le savais lorsqu'un ami m'a proposé d'aller observer leur sabbat avec lui.

À ce moment précis, j'avais envie de n'importe quoi, sauf d'être séduit. En outre, j'avais toujours éprouvé un certain intérêt pour tout ce qui touchait à la sorcellerie ou à la magie. Je n'y croyais pas vraiment, pas plus que je ne parvenais à croire à tout ce que mon farfelu d'ami pouvait inventer.

Au fond, en l'accompagnant, je ne pouvais que cumuler deux plaisirs : en apprendre plus sur la magie et le prendre au piège du mensonge.

Car je me promettais de le coincer et de lui faire comprendre à quel point il pouvait être ridicule, surtout lorsqu'il énonçait d'un ton profondément sentencieux les pires idioties.

Nous nous sommes donc retrouvés un soir de pleine lune.

Mon ami était certain de ses informations et nous allions gagner directement le lieu où les macrâles allaient tenir un sabbat. Mon ami n'avait pas de voiture et je le soupçonne fort que c'est pour cette raison uniquement qu'il avait besoin de moi.

J'ai conduit une vingtaine de kilomètres en suivant ses indications, ce qui nous a amené à passer trois fois au même endroit et à arrêter la voiture à moins de quatre kilomètres de notre point de départ.

Ensuite, nous avons marché presque à l'aveuglette dans un sous-bois que ne perçait pas la lumière lunaire pendant une bonne demi heure.

Mon sens de l'orientation me faisait penser que nous allions atteindre le fond du jardin de mon ami lorsqu'il m'a soufflé que nous atteignions notre but.

Il faut reconnaître qu'il avait monté l'expédition avec beaucoup de sérieux.

D'abord il y a eu premier bruit. Une sorte de croassement dissonant. Nous nous sommes plaqués au sol à l'orée d'un coin de bois.

J'ai poussé un juron silencieux : mon ami avait eu raison, les macrâles étaient bien là. Une douzaine... Non, treize très exactement.

Elles formaient un cercle au milieu d'un pré et tournaient lentement sur elles-mêmes, ce qui nous permettait de voir leurs visages. En fait, on ne voyait pas grand chose d'autre à part leurs mains desséchées et osseuses.

Les visages correspondaient à ce que décrivaient les récits : des nez crochus recourbés sur des bouches aux lèvres minces et encadrés de sourcils aussi broussailleux que ceux de Brejnev mais blancs.

Elles avaient l'air aussi exsangues que si elles venaient d'offrir tout un repas à Dracula et consorts.

Après le premier cri, il y en a eu d'autres, tous aussi grinçants. Je n'ai pas pu m'empêcher de frissonner, ces cris dissonants me faisaient vraiment peur.

Les macrâles tournaient de plus en plus vite, à la fois sur elles-mêmes et autour du centre virtuel du cercle qu'elles formaient. Tout à coup, la terre à commencé à se soulever et un étrange buisson est apparu à la surface.

Les macrâles ont ralenti leur danse.

À côté de moi, mon ami ne perdait rien de toute la scène tout en marmonnant quelques commentaires.

De mon côté, je n'avais rien d'autre à faire qu'observer ce qui se passait et d'essayer de découvrir s'il y avait là une quelconque mise en scène théâtrale destinée à ces vieilles femmes si abominables que leurs visages ne pouvaient être que des masques.

Nous étions en pleine nature et ce qui aurait été aisé dans une salle ou une grange me semblait impossible ici. Ce le devint plus encore lorsque le buisson se fragmenta, chacune de ses branches devenant indépendante et quittant le centre du cercle pour se diriger vers le pourtour en se dandinant sur sa base.

Les macrâles finirent leur danse. Chacune des treize s'immobilisa en face d'un fragment de buisson et un nouveau ballet débuta.

Chaque macrâle avait un partenaire, qu'elle tenait à bout de bras. Malgré la faible lueur de la lune, je ne distinguais pas tous les détails.

Par chance, mon ami mieux placé et qui devait y voir mieux que moi, m'expliquait involontairement ce que j'avais du mal à distinguer.

"Elles arrachent les rameaux, mais elles ne les jettent pas... Elles les gardent en main, et les plaquent contre le bout de la tige... Quand elles retirent leur main pour s'attaquer à une autre branchette, celle qu'elles viennent d'abandonner reste en place... J'y suis... Elles confectionnent des ramons, ces balais sans lesquels une macrâle ne serait qu'une vieille femme banale en dehors de sa laideur."

Mon ami avait raison. Maintenant, je voyais les balais prendre forme sous mes yeux. Certaines macrâles semblaient plus habiles que d'autres et elles en avaient déjà fini. Elles rompaient le cercle et allaient de-ci, de-là, en maniant leurs balais pour effacer les traces que le jaillissement du buisson originel avait laissées dans la prairie.

"C'est pas tout ça," a grommelé mon ami, " mais ce que nous venons de voir ne serait pas présentable, ni crédible, si je n'ai pas quelques mots des participantes."

" Tu es fou ! " lui dis-je

" Bah, qu'est-ce qu'on risque ? Ce ne sont que quelques vieilles, si moches qu'elles en sont aigries, qui répètent des rites traditionnels. Ce ne sont pas de véritables sorcières..."

À ce moment, les macrâles se sont mises à chanter. Ce n'était pas plaisant à entendre, mais il y avait un rythme qui indiquait que ce n'étaient pas de simples cris. C'est à partir de ce moment que tout à basculé.

J'ai d'abord cru que les macrâles avaient lâcher leur ramon en le plantant dans le sol meuble, mais j'ai très vite été détrompé. Elles ne tenaient plus les balais de branchage mais ceux-ci n'étaient pas fixés au sol. Ils se déplaçaient en se dandinant, se dirigeant vers le centre du cercle.

" Ça, c'est plus fort que tout ce que j'ai lu sur le sujet ! " s'est exclamé mon ami. " Des balais qui dansent ! C'est plus extraordinaire que les cordes de fakirs." ajouta-t-il.

Je ne pouvais pas lui donner tort. Le spectacle du double cercle, celui des macrâles et celui des ramons dansant tous deux sur le même rythme lent était ce que j'avais jusqu'à présent vu de plus fascinant.

Mon ami s'est levé. Il voulait probablement disposer d'un meilleur angle de vue. Cette fois, je n'ai pas eu le temps de le dissuader. Il a fait quelques pas et j'ai cru que les macrâles ne découvriraient pas sa présence.

Je l'ai même perdu de vue un moment, car le spectacle avait changé et captait à nouveau toute mon attention. Les macrâles s'étaient immobilisées, tandis que les ramons s'étaient mis deux par deux, sauf bien sûr le treizième. Ils enchevêtraient leurs pieds de rameaux, se serraient l'un contre l'autre et même se courbaient pour... s'enlacer. Je ne vois pas d'autre mot pour qualifier ce... geste.

Au bout de quelques instants, ils se sont mis à devenir flous. En fait, ils tremblaient de manière frénétique. À ce moment, le cercle des macrâles a commencé à se déformer. Elles se sont mises en ligne, nous tournant heureusement le dos. Une seule macrâle se trouvait en dehors de la ligne, juste de l'autre côté du buisson reconstitué et flou que formaient les ramons. Elle tenait la compagnie au seul ramon isolé.

Mon ami a fait deux pas de plus pour se rapprocher encore. La macrâle isolée l'a aperçu et a poussé un terrible hurlement, que je n'ai pu interpréter que comme un cri de terreur. Les autres se sont retournées vers nous et ont commencé à nous invectiver.

Je ne connaissais aucun des mots qu'elles prononçaient, mais le ton ne pouvait tromper. Le buisson s'est figé. Tous les détails sont redevenus parfaitement visibles. Là où il y avait eu six paires de balais entremêlés, il y avait maintenant six trios comportant chaque fois un élément nettement plus petit que les deux autres.

Mon ami continuait à avancer, les yeux ne pouvant se détacher de la scène. Il parlait, disant qu'il ne voulait pas de mal aux macrâles, mais seulement échanger quelques mots.

Elles ne l'ont pas écouté. Elles ont commencé à se disperser, s'égaillant à gauche ou à droite. Malgré leur âge vénérable, elles étaient agiles et bientôt il n'y en eut plus qu'une seule dans la prairie. Nous nous sommes alors rapprochés d'elle.

À ce moment, les ramons se sont tous envolés, même les petits. Ils sont montés à plusieurs dizaines de mètres de haut. Tout à coup, ils ont plongé. J'étais à une dizaine de mètres de mon ami et c'est peut-être ça qui m'a sauvé. Ou bien ils ne s'intéressaient qu'à celui qui avait profané la cérémonie.

Quand ils sont repartis, j'ai jeté un coup d'oeil sur le corps de mon compagnon. Sur son cadavre plutôt. Un coup d'oeil seulement, puis j'ai été secoué d'une terrible nausée, car transpercé de partout, il n'avait presque plus rien d'humain.

Il fallait que j'appelle des secours, même s'il était trop tard. Alerter les autorités. Mais... Mais me croirait-on si je disais que mon ami avait été victime de baguettes de noisetier devenues folles de rage ?

J'en étais là quand j'ai entendu un gémissement. Je me suis souvenu de la dernière macrâle. Elle serrait contre elle son ramon.
Je me suis approché d'elle avec prudence et je l'ai vue qui pleurait.

Quand elle a senti ma présence, elle a levé la tête vers moi et je n'ai vu que le visage d'une vieille femme désespérée.

" Mon petit, mon pauvre petit..." a-t-elle dit en caressant le manche du balai. " Il ne connaîtra jamais le plaisir de voler libre comme l'air, et moi non plus. Mais moi, j'ai déjà tout eu dans la vie, c'est moins grave..."

Elle s'est interrompue pour embrasser le manche du ramon, qui s'est courbé pour caresser sa coiffe.

" Ma vie est finie," a-t-elle repris. " Je vous supplie, monsieur, de vous occuper de lui jusqu'à ce qu'il ait trouvé une compagne, car il sera incapable de subvenir à ses besoins et je ne veux pas qu'il finisse en bois à brûler."

Comme je ne disais rien, elle a insisté, se détachant du ramon et me le poussant dans les mains.

" Je vous en supplie, monsieur... Vous devez réparer le mal qu'a commis votre compagnon."

Depuis cette nuit là... Parfois, les soirs de pleine lune, le ramon s'agite dans ses chaînes. Je me tiens à l'écart dans ces cas-là, tout en me promettant qu'avant de mourir, je le prendrai avec moi pour aller le lâcher dans une prairie par un soir où la lune est pleine afin de lui donner une chance de vivre vraiment sa vie.
 


 

 

 

 

 

 


Copyright (Au Jardin de l'amitié) © 2007 Tous droits réservés