(Fraternité Médecins-Psychologues, Paris 1983 )

 
 

Chers malades,

Nous n'avons pas l'habitude de vous écrire... Vous êtes en droit d'attendre de nous la compétence professionnelle au service de votre santé.

Mais c'est précisément en raison de notre devoir d'efficacité à votre service que nous avons pris la liberté de vous faire parvenir cette lettre, lettre amicale certes, lettre aussi que l'urgence d'une plus grande vérité nous impose.

1- Il y a souvent un autre diagnostic à faire.

Très souvent, il nous arrive de penser qu'il y a un autre diagnostic à faire et que le mal dont vous souffrez est peut-être plus profond, plus global mais aussi parfois plus près que les symptômes et la maladie que nous essayons de nommer et de soigner.

Très souvent, il nous arrive de penser que nous soignons les effets sans déraciner les causes véritables de votre maladie.

2- Moins de médicaments, plus de pardon

Nous le savons maintenant, beaucoup de malades ont pour origine des difficultés de relation. L'homme est un tout, et notre corps enregistre à sa manière les fluctuations, les joies, les manques de nos relations avec les autres et avec nous-mêmes.

Ainsi, pour votre santé, laissez-nous vous dire qu'il est encore peut-être aussi urgent et nécessaire de vous réconcilier avec les autres et vous-mêmes que d'acheter des médicaments !

Les manques de paix, les tensions, l'absence de confiance et de miséricorde... bref les carences de l'amour sont les véritables poisons de votre santé.

« Moins de médicaments et plus de miséricorde », voilà ce que nous vous souhaitons pour cette année qui vient.

Écrire une lettre importante... faire paisiblement la vérité... se réconcilier... pardonner à sa femme, à son fils ou à son frère... prendre du temps pour s'écouter soi-même et accepter tel ou tel échec... voilà les ordonnances que nous osons faire.

3- « Laissez-vous réconcilier par le Christ »

Parce que nous sommes médecins chrétiens et parce que nous souhaitons pour vous, au-delà de telle ou telle épreuve physique, la santé de la totalité de votre être, nous partageons notre conviction profonde en vous disant à la suite de l'apôtre Paul : « Laissez-vous réconcilier par le Christ..» Il est le médecin véritable !

4- La prière

Dans certains cas, nous avons constaté que le jeûne et la prière avaient plus d'efficacité que n'importe quel médicament.

En particulier la prière de louange, celle qui consiste à se décentrer de soi-même pour se tourner vers ce Dieu qui est Père et qui nous ouvre dans la joie aux véritables dimensions de la vie.

En espérant que vous nous pardonnerez notre audace, nous vous souhaitons Bonne Santé.

 

 

 



 

Copyright (Au Jardin de l'amitié) © 2012 Tous droits réservés
 

©Webset Lea Design tous droits réservés