T'es en voyage pour quelques jours
Et moi j'en profite pour t'écrire
C'que j'ai tant d'misère à dire
Dans ma pudeur d'homme en amour
En ton absence j'peux t'parler
Dans l'silence j'entends mieux mon coeur
Dans le noir j'peux regarder ma peur
Et je sens les deux se tirailler
L'amour est pas plus grand qu'nous deux
Il a besoin de soleil et d'herbe tendre
Il s'impatiente sous les pluies de novembre
Il voit le temps qui passe et essaie d'être heureux
L'amour avance comme une rivière
Avec franchise mais en détours
Elle prend des pierres et les aiguise
Elle en polit d'autres comme du velours
Et l'on avance et l'on se blesse
Sur ce qu'on voulait une caresse
Chacun attaque pour se défendre
Et l'amour-propre n'est jamais tendre
L'amour est pas plus grand qu'nous deux
Il a besoin de soleil et d'herbe tendre
Il s'impatiente sous les pluies de novembre
Il voit le temps qui passe et essaie d'être heureux
Beau Dommage (paroles de Pierre Huet)

Retour

 

Copyright (Au Jardin de l'amitié) © 2017 Tous droits réservés