Nous étions heureux et déraisonnables tous deux.
Moi chanceux d’apprendre, de savoir, de grandir.
Tu étais mon professeur, moi, un élève studieux.
Notre amour solide et fou nous faisait frémir.

J'étais insouciant mais heureux face au monde;
jamais entre nous de questions sur l’avenir.
Je n’ai pas vu venir cette médisance immonde
ni le mal atroce qui allait te faire souffrir.

Je n’avais pas non plus compris cette promesse
que tu m’as faite : jamais je ne t’oublierai !
Jeune fou, inconscient sous l’emprise de cette ivresse,
je n’avais rien compris.

 

Tu m’as juré que tu reviendrais...

 

Un article dans un journal, simple fait divers :
une rumeur ? non, juste pour moi l’horreur.
Ma vie a changé, j’étais brisé, mais, fier,
j’ai compris ta promesse et mon bonheur.

Depuis ma vie a changé, mais ma promesse est demeurée,
gravée dans mon coeur, dans mon esprit.
Avec Tocéfa, 32 années après, je t’ai retrouvée,
mais là aussi, cet amour m’a été repris.

Cette promesse, oui je la tiendrai, je le jure.
Homme fier, je suis. Aucune peur, je ne connais.
Ta promesse, ma promesse, je te l’assure
bientôt, sans remords, je la tiendrai.

Je sais aussi que tu ne me juges pas.
Je vois tes yeux, ton sourire, ton visage me regarder
et dans ma peine guider mes pas.
Un jour, nous serons ensemble et sans nuages.

Notre amour sera le plus puissant.
Nous serons heureux conjointement
toi et moi, simplement comme avant,
sans chagrin, sans ressentiment.

 

Guide encore mes pas, dirige ma vie.
Vers toi, je veux aller sans chagrin.
Montre-moi ce chemin avec ton énergie.
Merci ma déesse, reine de mon destin.

 

Je t’aime à l’infini

Patrick (Le magicien)

Mars 2004

Tous droits réservés

 

 

   

 

 

 

 

Chamminou vous invite et Juste pour toi ne sont pas responsables du contenu de cette page.

Copyright (Au Jardin de l'amitié) © 2004 Tous droits réservés